À savoir : Bénéficier de l’offre de formation du SAE et de l’IGPDE

20 décembre 2011 par Béatrice Méric

 

Dès que le SAE a été mis en place, nous nous sommes aperçus que nous manquions de techniciens achats. En collaboration avec l'IGPDE, nous avons élaboré un module adapté à la formation des acheteurs publics.

Il existe actuellement deux types de formation, en fonction du degré de sensibilisation de l'agent aux achats ainsi que son rang hiérarchique.

  Béatrice Méric (SAE) forme les futurs acheteurs publics en partenariat avec l'IGPDE
  Béatrice Méric (SAE) forme les futurs acheteurs publics en partenariat avec l'IGPDE

Formation aux « Aspects économiques de l'achat » (organisée par l'IGPDE)

Cette formation dense, courte (sur 2 jours) et assez technique est destinée aux rédacteurs de marchés. Elle alterne la théorie et une série d'exemples pratiques. Il s'agit d'aider les juristes à se professionnaliser en tant qu'acheteur.

Comme dans les écoles de vente où l'on forme les commerciaux, l'acheteur public doit être en position de faire des choix, car jusqu'à présent on considérait le marché public comme un contrat et pas tellement sa phase amont qui est une phase de choix.

L'idée est de définir correctement son besoin, en s'aidant d'une analyse en coût complet afin de faire le choix économiquement le plus avantageux. On y apprend notamment à définir un besoin fonctionnel avant de rédiger un cahier des charges technique, et à dialoguer avec les experts techniques et les prescripteurs.

Bien sûr la connaissance du CMP est considérée comme acquise à l'entrée du cursus.

Enfin, et peut être surtout, cette formation aide les agents à se constituer un réseau, qui est une des forces de l'acheteur. Les sessions regroupent entre 12 et 15 personnes en moyenne.       

Formation « Acheteurs principaux » (organisée par le SAE)       

La deuxième formation s'adresse plutôt aux cadres A. C'est un véritable cursus qui se séquence sur 9 jours au total.

La première partie est consacrée à la théorie et laisse la place à des intervenants extérieurs. Ce sont quatre sessions consacrées aux outils, à la négociation, au monde de l'entreprise ainsi qu'à la fin du marché.

Les agents doivent venir avec un fil rouge, un projet achat qu'ils souhaitent faire avancer.        
Tout au long des séances, les participants déroulent l'avancée de leur projet : c'est un debriefing, où l'on demande les outils utilisés, la méthodologie employée et les obstacles rencontrés. C'est l'occasion de "benchmarker" son projet en le confrontant aux autres.

Le dernier point important sur la formation "Acheteurs principaux", c'est le tutorat qui est proposé aux agents. Chaque acheteur principal est tutoré par un acheteur senior, un responsable ministériel achat ou un acheteur de l'ancienne promotion. Ce tutorat se fait à la fois sur le dossier qu'ils ont en cours et sur l'aspect théorique abordé pendant les séances. Le tuteur est là pour permettre à l'apprenant de debriefer. Cela permet de poser des questions plus sensibles, notamment sur la manière dont on peut convaincre sa hiérarchie. Ce n'est jamais le tuteur qui décide : il est souvent extérieur, il n'y a pas de relation hiérarchique.

Bien sûr, le contenu des formations peut être adapté aux opérateurs s'ils forment une promotion suffisamment homogène.

Commentaire de Alexandre POLO

19 octobre 2016 à 11:42 AM

Bonjour,
J'ai sollicité l'IGPDE car j'ai un grand besoin en formation pour mon équipe (coûts complets, sourcing, immobilier, management...).
J'ai reçu une fin de non recevoir, car les salariés du CIRAD sont soumis au régime de droit privé !
C'est vraiment dommage car les programmes affichés sont clairement adaptés aux évolutions du métier d'acheteur public.
Si blocage IPGPDE, avez-vous d'autres propositions à la DAE ?
Merci d'avance pour votre réponse,
Bien cordialement,